La fin du Cheval de Troie bancaire TrickBot sur Windows.

5/5 - (7 votes)

La fin du Cheval de Troie bancaire TrickBot sur Windows.

Les campagnes de phishing et d’exécution le logiciels malveillants sont à l’origine de la propagation du malware TrickBot. Classé dans la catégorie des botnets et des trojans, TrickBot s’est par la suite associé à des groupes de rançongiciels comme Conti financièrement plus lucratifs.


Un botnet (de l'anglais, contraction de « robot » et « réseau ») est un réseau de bots informatiques, des programmes connectés à Internet qui communiquent avec d'autres programmes similaires pour l'exécution de certaines tâches.  Historiquement, botnet désignait des réseaux de robots IRC.

Le sens de botnet s'est étendu aux réseaux de machines zombies, utilisés pour des usages malveillants, comme l'envoi de spam et virus informatiques, ou les attaques informatiques par déni de service (DDoS).

Parmi les botnets les plus connus, on trouve le code malveillant mirai, qui permet de lancer des attaques par déni de service (DDoS) via des objets connectés. Il scanne les ports Telnet ouverts et tente de se connecter à l'aide d'une liste prédéfinie d'informations d'identification par défaut ou faibles.

En décembre 2021, Google met un terme à Glupteba, un botnet constitué d’un million de machines. Ce large réseau était utilisé en matière de cyberattaque via des infections par ransomwares.

TrickBot fait son apparition en 2016 sous la forme d’un cheval de Troie bancaire. Il se diversifie par la suite avec le vol de cryptomonnaies de portefeuilles Bitcoin. L’implantation de Trickbot est très difficile à détecter sur les ordinateurs infectés de leurs victimes.


Un cheval de Troie (Trojan Horse en anglais) est un type de logiciel malveillant, souvent confondu avec les virus ou autres parasites. Le cheval de Troie est un logiciel en apparence légitime, mais qui contient une malveillance. Le rôle du cheval de Troie est de faire entrer ce parasite sur l'ordinateur et de l'y installer à l'insu de l'utilisateur.

Le programme contenu est appelé la "charge utile". Il peut s'agir de n'importe quel type de parasite : virus, keylogger, logiciel espion... C'est ce parasite, et lui seul, qui va exécuter des actions au sein de l'ordinateur victime. Le cheval de Troie n'est rien d'autre que le véhicule, celui qui fait "entrer le loup dans la bergerie".

Le Cheval de Troie n'est pas nuisible en lui-même car il n'exécute aucune action, si ce n'est celle de permettre l'installation du vrai parasite. Dans leur cyberattaques, les pirates peuvent utiliser la charge utile du trojan pour installer un rançongiciel.

L’opération de malware TrickBot s’arrête, les développeurs passent à des malwares plus furtifs. L’opération de malware TrickBot s’est arrêtée après que ses principaux développeurs se sont déplacés vers le gang de ransomwares Conti pour concentrer le développement sur les familles de malwares furtifs BazarBackdoor et Anchor. TrickBot est une infection malveillante Windows notoire qui domine le paysage des menaces depuis 2016. (Sources)

TrickBot : la nouvelle vie d’un botnet qu’on croyait démantelé. Dernièrement perturbé à la suite d’une opération visant à le démanteler, TrickBot reprend du service… et sous de nouvelles formes. Faut-il plus que jamais se méfier de TrickBot ? Peu avant les présidentielles américaines, il avait fait l’objet d’une tentative de démantèlement sous la houlette de Microsoft. Depuis lors, le trojan bancaire, devenu « malware à tout faire », semble remonter en puissance. (Sources)

Le malware Trickbot contrôlé par le cybergang Conti. Des chercheurs en sécurité d’AdvIntel ont suivi de près l’activité du malware Trickbot. A l’origine trojan bancaire, il a gagné en modularité au point de devenir un outil malveillant de pointe utilisé en particulier par le cybergang Conti et son ransomware éponyme. (Sources)


L’hameçonnage, phishing ou filoutage est une technique utilisée par des fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d'identité. La technique consiste à faire croire à la victime qu'elle s'adresse à un tiers de confiance — banque, administration, etc. — afin de lui soutirer des renseignements personnels : mot de passe, numéro de carte de crédit, date de naissance, etc.

En effet, le plus souvent, une copie exacte d'un site internet est réalisée dans l'optique de faire croire à la victime qu'elle se trouve sur le site internet officiel où elle pensait se connecter. La victime va ainsi rentrer ses codes personnels qui seront récupérés par celui qui a créé le faux site, il aura ainsi accès aux données personnelles de la victime, et par exemple dans le cadre d'un jeu, pourra dérober tout ce que la victime possède sur le jeu.


Conti est un ransomware observé depuis 2020. Toutes les versions de Microsoft Windows sont connues pour être affectées. Le logiciel utilise sa propre implémentation de chiffrement AES-256 qui utilise jusqu'à 32 threads logiques individuels, ce qui le rend beaucoup plus rapide que la plupart des ransomwares.  Le même gang exploite le ransomware Ryuk.

En décembre 2021, l'opération de ransomware Conti utilise l'exploit critique Log4Shell pour accéder rapidement aux instances internes de VMware vCenter Server et pour chiffrer les machines virtuelles. Conti aurait aurait extorquer plus de 150 millions de dollars.

Fin décembre 2021, les services de la société américaine Shutterfly subissent une attaque du ramsomware Conti avec le cryptage de milliers d’appareils et le vol de données de l'entreprise.


Un ransomware, ou rançongiciel, est un logiciel malveillant qui prend en otage des données personnelles. Pour ce faire, un rançongiciel chiffre des données personnelles puis demande à leur propriétaire d'envoyer de l'argent en échange de la clé qui permettra de les déchiffrer.

Un ransomware peut aussi bloquer l'accès de tout utilisateur à une machine jusqu'à ce qu'une clé ou un outil de dé-bridage soit envoyé à la victime en échange d'une somme d'argent. Certains rançongiciels comme le Raas babuk sont de véritables arnaques et de donnent pas la clé de déchiffrement après la rançon payée.


Bleeping Computer est un site Web couvrant l'actualité technologique et offrant une aide informatique gratuite via ses forums, qui a été créé par Lawrence Abrams en 2004.

Avec plus de 700 000 membres enregistrés qui posent des questions et y répondent, BleepingComputer.com est devenu une communauté dynamique et animée de personnes partageant les mêmes idées.

Retour haut de page