Avis de sécurité Linux Ubuntu du 31 mars 2022

5/5 - (4 votes)

Avis de sécurité Linux Ubuntu du 31 mars 2022

Il a été découvert que l’implémentation d’IPsec dans le noyau Linux n’allouait pas correctement suffisamment de mémoire lors de l’exécution de transformations ESP, ce qui entraînait un dépassement de mémoire tampon basé sur le tas. Un attaquant local pourrait s’en servir pour provoquer un déni de service (crash du système) ou éventuellement exécuter du code arbitraire. (Sources)


Ubuntu est un système d’exploitation GNU/Linux basé sur la distribution Linux Debian. Il est développé, commercialisé et maintenu pour les ordinateurs individuels, les serveurs et les objets connectés par la société Canonical. 

Il a été découvert que l’implémentation du contrôle du trafic réseau dans le noyau Linux contenait une vulnérabilité d’utilisation après libération. Un attaquant local pourrait s’en servir pour provoquer un déni de service (crash du système) ou éventuellement exécuter du code arbitraire.  (Sources)

Multiples vulnérabilités dans le noyau Linux d’Ubuntu. De multiples vulnérabilités ont été découvertes dans le noyau Linux d’Ubuntu. Certaines d’entre elles permettent à un attaquant de provoquer une exécution de code arbitraire, un déni de service et une atteinte à l’intégrité des données. (Sources)


Le code arbitraire est employé pour nommer, en parlant de piratage informatique, une action à faire faire à une machine sans que le propriétaire soit d'accord. Par exemple, en utilisant un exploit, le code arbitraire peut ouvrir une session super-utilisateur sur une machine distante, ou modifier une base de données, ou plus généralement donner accès à une information non disponible. Les pirates s'intéressent plus particulièrement aux vulnérabilités critiques des logiciels et des systèmes d'exploitation. Ces failles permettent généralement d'obtenir des droits d'administrateur afin d'autoriser l'exécution de code arbitraire à distance à l'insu des victimes. Ce sont particulièrement les failles de catégorie zero days qui sont ciblées en priorité du fait de leur absence de correctif.


Une attaque par déni de service (Denial Of Service attack, d’où l’abréviation DoS) est une attaque informatique ayant pour but de rendre indisponible un service, d’empêcher les utilisateurs légitimes d’un service de l’utiliser. Il peut s’agir de la perturbation des connexions entre deux machines, empêchant l’accès à un service particulier, de l’inondation d’un réseau afin d’empêcher son fonctionnement, de l’obstruction d’accès à un service à une personne en particulier, également le fait d’envoyer des milliards d’octets à une box internet. L’attaque par déni de service peut ainsi bloquer un serveur de fichiers, rendre impossible l’accès à un serveur web ou empêcher la distribution de courriel dans une entreprise. Ce mode d'attaque est largement utilisé par les pirates via des failles de sécurité "Zero Day" ou l'absence de mise à jour automatiques.


Linux ou GNU/Linux est une famille de systèmes d'exploitation open source de type Unix fondé sur le noyau Linux, créé en 1991 par Linus Torvalds. De nombreuses distributions GNU/Linux ont depuis vu le jour et constituent un important vecteur de popularisation du mouvement du logiciel libre. Linux propose 25 distributions populaires en téléchargement.


Les CERT (Computer Emergency Response Teams) sont des centres d'alerte et de réaction aux attaques informatiques, destinés aux entreprises ou aux administrations, mais dont les informations sont généralement accessibles à tous. Les tâches prioritaires d'un CERT sont multiples. La centralisation des demandes d'assistance à la suite des incidents de sécurité sur les réseaux et les systèmes d'informations. Le traitement des alertes et réaction aux attaques informatiques. L'établissement et maintenance d'une base de donnée des vulnérabilités. La Prévention par diffusion d'informations. La coordination éventuelle avec les autres entités.

A propos de l'auteur

Retour en haut