Exploitation de la faille de sécurité Whirlpool.

Exploitation de la faille de sécurité Whirlpool.

CISA : nouvelle porte dérobée Whirlpool utilisée dans les hacks Barracuda ESG. La Cybersecurity & Infrastructure Security Agency (CISA) des États-Unis a découvert que le logiciel malveillant de porte dérobée nommé “Whirlpool” était utilisé dans des attaques contre des appareils Barracuda Email Security Gateway (ESG) compromis. En mai, Barracuda a révélé qu’un groupe de pirates présumés pro-Chine (UNC4841) avait violé les appliances ESG (Email Security Gateway) lors d’attaques de vol de données en utilisant la vulnérabilité zero-day CVE-2023-2868.

CVE-2023-2868 : Une vulnérabilité d’injection de commande à distance existe dans le produit Barracuda Email Security Gateway (facteur de forme d’appliance uniquement) affectant les versions 5.1.3.001-9.2.0.006. La vulnérabilité provient d’un échec de nettoyage complet du traitement du fichier .tar (archives sur bande). Un attaquant distant peut formater spécifiquement ces noms de fichiers d’une manière particulière qui entraînera l’exécution à distance d’une commande système via l’opérateur qx de Perl avec les privilèges du produit Email Security Gateway.

Barracuda Email Security Gateway (ESG) assure la protection contre les malwares, le spam, l'hameçonnage et les attaques par déni de service garantit que la productivité de l'entreprise ne souffre jamais d'attaques provenant de la messagerie. Des politiques robustes et personnalisables permettent une mise en œuvre plus poussée des exigences de sécurité des e-mails entrants. En complément de Barracuda Email Security Gateway, découvrez Barracuda Sentinel, solution d'IA dans le cloud pour lutter en temps réel contre le spear phishing et la cyberfraude.


Le code arbitraire, également connu sous le nom de code obscur ou de code spaghetti, est une pratique où le flux logique d'un programme devient difficile à suivre en raison de la complexité excessive de sa structure. Ce type de code peut résulter d'une mauvaise conception, de l'accumulation de correctifs sans structure claire, ou simplement d'un manque de compréhension du langage de programmation utilisé. Le code arbitraire rend la maintenance et la mise à jour du logiciel difficiles et augmente le risque d'erreurs. Pour éviter cela, il est essentiel de suivre des pratiques de programmation claires et de maintenir une structure logique dans le code.

Les pirates s'intéressent plus particulièrement aux vulnérabilités critiques des logiciels et des systèmes d'exploitation. Ces failles permettent généralement d'obtenir une élévations de privilège donnant des droits d'administrateur. Une situation qui permet d'autoriser l'exécution de code arbitraire à distance à l'insu des victimes. Ce sont particulièrement les failles de catégorie zero days qui sont ciblées en priorité du fait de leur absence de correctif. Le retard d'application des mises à jour des vulnérabilités présente aussi un risque potentiel de contrôle à distance non sollicité.


La violation de données, un fléau informatique en expansion, représente la compromission non autorisée d'informations sensibles, telles que des données personnelles ou financières. Ces incidents surviennent souvent suite à des failles de sécurité dans les systèmes informatiques, permettant à des individus malveillants d'accéder, de voler ou de divulguer ces données.

Une violation de données est le rejet intentionnel ou non sécurisé de l'information au sein d'un environnement non sécurisé. Les autres termes de ce phénomène peuvent être la divulgation de l'information, la fuite de données et également le déversement de données.

Une violation de données est un incident de sécurité transmettant des données sensibles, protégées ou confidentielles, qui sont volées ou utilisées par une personne non autorisée à le faire. Le phishing et le scraping sont largement utilisés pour voler des informations à l'insu de l'internaute et de l'entreprise.

Les conséquences peuvent être dévastatrices, allant de la perte de confiance des clients à des dommages financiers considérables pour les entreprises. Pour prévenir de tels incidents, une vigilance constante, des mesures de sécurité robustes et une sensibilisation accrue aux risques sont essentielles dans le paysage numérique d'aujourd'hui..


Un cheval de Troie (Trojan Horse en anglais) est un type de logiciel malveillant, souvent confondu avec les virus ou autres parasites. Le cheval de Troie est un logiciel en apparence légitime, mais qui contient une malveillance. Le rôle du cheval de Troie est de faire entrer ce parasite sur l'ordinateur et de l'y installer à l'insu de l'utilisateur. Le programme contenu est appelé la "charge utile". Il peut s'agir de n'importe quel type de parasite : virus, keylogger, logiciel espion. C'est ce parasite, et lui seul, qui va exécuter des actions au sein de l'ordinateur victime. Le cheval de Troie n'est rien d'autre que le véhicule, celui qui fait "entrer le loup dans la bergerie". Ce logiciel n'est pas nuisible en lui-même car il n'exécute aucune action, si ce n'est celle de permettre l'installation du vrai parasite. Dans leur cyberattaques, les pirates peuvent utiliser la charge utile du trojan pour installer un rançongiciel.


Les vulnérabilités Zero-day représentent l'une des menaces les plus sérieuses en informatique. Ces failles, encore inconnues des développeurs et des utilisateurs, sont exploitées par les cybercriminels avant qu'un correctif puisse être développé. L'impact peut être dévastateur, permettant aux attaquants d'accéder à des données sensibles, de prendre le contrôle de systèmes informatiques ou de propager des logiciels malveillants.

Les attaques Zero-day sont difficiles à anticiper et à contrer, mettant en lumière l'importance de la surveillance constante des systèmes, de l'application rapide des correctifs et de la mise en place de mesures de sécurité robustes pour atténuer les risques.

Les failles Zero-Day, souvent nommées "exploits" ne sont généralement pas utilisées dans les cyberattaques. L'objectif des attaquants est de tirer profit de ces vulnérabilités critiques en monnayant leur possible utilisation. Ce sont les grandes compagnies comme Microsoft ou Adobe ou encore les CES comme WordPress mais aussi les stockages des données dans le cloud qui sont la cible des cybermenaces de ces exploits. La découverte d'une faille critique est aussi rentable pour les hackers que l'exploitation d'un rançongiciel.


La Cybersecurity and Infrastructure Security Agency (CISA) est une agence fédérale américaine sous la supervision du département de la Sécurité intérieure des États-Unis, créée le 16 novembre 2018 à la suite de la promulgation du Cybersecurity and Infrastructure Security Agency Act (en) de 2018. Son objectif est d'améliorer le niveau de sécurité informatique à tous les niveaux du gouvernement. En cybersécurité, la mission du CISA est de diriger les efforts visant à protéger le domaine fédéral des réseaux du gouvernement civil. Elle vise aussi à collaborer avec le secteur privé pour accroître la sécurité des réseaux critiques. La CISA dirige l'effort national pour comprendre, gérer et réduire les risques pour l'infrastructure cyber et physique sur laquelle les Américains comptent à chaque heure de chaque jour. Sa mission s'étend à trois domaines principaux : la cybersécurité, la sécurité des infrastructures et les communications d'urgence.


Bleeping Computer est un site Web couvrant l'actualité technologique et offrant une aide informatique gratuite via ses forums, qui a été créé par Lawrence Abrams en 2004. Avec plus de 700 000 membres enregistrés qui posent des questions et y répondent, BleepingComputer.com est devenu une communauté dynamique et animée de personnes partageant les mêmes idées.

A propos de l'auteur

Retour en haut