#42122
Nicolas Coolman
Maître des clés

Bulletin de sécurité Google Chrome du 05 juin 2023.

De multiples vulnérabilités ont été découvertes dans Google Chrome. Elles permettent à un attaquant de provoquer un problème de sécurité non spécifié par l’éditeur.

[$NA][ 1450481 ] Élevé CVE-2023-3079 : Confusion de type dans V8. Signalé par Clément Lecigne du Threat Analysis Group de Google le 2023-06-01. Google est conscient qu’un exploit pour CVE-2023-3079 existe dans la nature.

[ 1451018 ] Divers correctifs issus d’audits internes, de fuzzing et d’autres initiatives.

Cette faille concerne le moteur JavaScript V8 qui permet d’exécuter du code dans le navigateur Chrome. Selon le chercheur en sécurité Clément Lecigne, elle permettrait de modifier des scripts avec du code malveillant afin de compromettre des données. Un attaquant pourrait prendre le contrôle à distance de l’ordinateur ciblé.

La politique de sécurité informatique, essentielle à l'ère numérique, vise à protéger les systèmes, réseaux et données contre les menaces en ligne. Elle établit des directives pour gérer les risques, mettre en place des mesures de prévention et de détection des intrusions, ainsi que des protocoles de réponse en cas d'incidents. Elle est liée à la sécurité de l'information. Elle définit les objectifs de sécurité des systèmes informatiques d'une organisation.

Une politique de sécurité informatique est une stratégie visant à maximiser la sécurité informatique d’une entreprise. Elle est matérialisée dans un document qui reprend l’ensemble des enjeux, objectifs, analyses, actions et procédures faisant parti de cette stratégie. La stratégie qui vise à maximiser la sécurité informatique d’une entreprise se matérialise par un document qui regroupe les objectifs, les enjeux et les actions qu'elle doit mettre en œuvre. En complément de la politique de sécurité informatique, les entreprises se dotent d'une charte informatique qui établie des recommandations spécifiques au niveau des technologies informatiques. Certaines cyberattaques réussissent en contournant ou diminuant les politiques de sécurité. Le CERT et le CISA préconisent le comblement immédiat des correctifs des failles critiques et plus particulièrement ceux qui concernent les vulnérabilités de catégorie Zero Day.

En promouvant la sensibilisation, la formation et la conformité aux normes de sécurité, une politique efficace renforce la résilience des organisations face aux cyberattaques, garantissant la confidentialité, l'intégrité et la disponibilité des informations cruciales.


Le code arbitraire, également connu sous le nom de code obscur ou de code spaghetti, est une pratique où le flux logique d'un programme devient difficile à suivre en raison de la complexité excessive de sa structure. Ce type de code peut résulter d'une mauvaise conception, de l'accumulation de correctifs sans structure claire, ou simplement d'un manque de compréhension du langage de programmation utilisé. Le code arbitraire rend la maintenance et la mise à jour du logiciel difficiles et augmente le risque d'erreurs. Pour éviter cela, il est essentiel de suivre des pratiques de programmation claires et de maintenir une structure logique dans le code.

Les pirates s'intéressent plus particulièrement aux vulnérabilités critiques des logiciels et des systèmes d'exploitation. Ces failles permettent généralement d'obtenir une élévations de privilège donnant des droits d'administrateur. Une situation qui permet d'autoriser l'exécution de code arbitraire à distance à l'insu des victimes. Ce sont particulièrement les failles de catégorie zero days qui sont ciblées en priorité du fait de leur absence de correctif. Le retard d'application des mises à jour des vulnérabilités présente aussi un risque potentiel de contrôle à distance non sollicité.

L'élévation de privilège en informatique désigne le processus par lequel un utilisateur ou un programme obtient des droits d'accès supérieurs à ceux qui lui sont normalement accordés. Cela peut être intentionnel, comme lorsqu'un administrateur accorde temporairement des privilèges à un utilisateur pour effectuer une tâche spécifique, ou involontaire, souvent exploitée par des pirates pour compromettre un système. Les vulnérabilités logicielles et les failles de sécurité sont souvent exploitées pour réaliser des élévations de privilèges, mettant ainsi en danger la confidentialité et l'intégrité des données.

L'administrateur peut reconfigurer le système d'exploitation. Il peut gérer les autorisations d'accès au réseau. Il surveille le système, gère la sécurité et automatise certaines tâches. Toutes ces fonctions présentent un risque pour les systèmes infectés et une atteinte à la politique de sécurité. Pour prévenir de telles attaques, il est essentiel de maintenir à jour les logiciels et d'appliquer des bonnes pratiques en matière de sécurité informatique.


Les CERT (Computer Emergency Response Teams) sont des centres d'alerte et de réaction aux attaques informatiques, destinés aux entreprises ou aux administrations, mais dont les informations sont généralement accessibles à tous. Les tâches prioritaires d'un CERT sont multiples. La centralisation des demandes d'assistance à la suite des incidents de sécurité sur les réseaux et les systèmes d'informations. Le traitement des alertes et réaction aux attaques informatiques. L'établissement et maintenance d'une base de donnée des vulnérabilités. La Prévention par diffusion d'informations. La coordination éventuelle avec les autres entités.

Retour en haut