#44273
Nicolas Coolman
Maître des clés

Le Zero Day de Palo Alto Networks exploité.

Le Zero Day de Palo Alto Networks exploité depuis mars pour des pare-feux dérobés. Des pirates informatiques présumés parrainés par l’État exploitent une vulnérabilité Zero Day dans les pare-feu de Palo Alto Networks, identifiée comme CVE-2024-3400 depuis le 26 mars, en utilisant les appareils compromis pour pénétrer dans les réseaux internes, voler des données et des informations d’identification. Palo Alto Networks a averti hier que des pirates exploitaient activement une vulnérabilité d’exécution de code à distance non authentifiée dans son logiciel de pare-feu PAN-OS et que des correctifs seraient disponibles le 14 avril.


Les vulnérabilités Zero-day représentent l'une des menaces les plus sérieuses en informatique. Ces failles, encore inconnues des développeurs et des utilisateurs, sont exploitées par les cybercriminels avant qu'un correctif puisse être développé. L'impact peut être dévastateur, permettant aux attaquants d'accéder à des données sensibles, de prendre le contrôle de systèmes informatiques ou de propager des logiciels malveillants.

Les attaques Zero-day sont difficiles à anticiper et à contrer, mettant en lumière l'importance de la surveillance constante des systèmes, de l'application rapide des correctifs et de la mise en place de mesures de sécurité robustes pour atténuer les risques.

Les failles Zero-Day, souvent nommées "exploits" ne sont généralement pas utilisées dans les cyberattaques. L'objectif des attaquants est de tirer profit de ces vulnérabilités critiques en monnayant leur possible utilisation. Ce sont les grandes compagnies comme Microsoft ou Adobe ou encore les CES comme WordPress mais aussi les stockages des données dans le cloud qui sont la cible des cybermenaces de ces exploits. La découverte d'une faille critique est aussi rentable pour les hackers que l'exploitation d'un rançongiciel.

Retour en haut