Le cinéma est mort

Vous lisez 4 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #38901
      Le Che
      Modérateur

      j’ai retrouvé ce texte magnifique d’Alain Delon en 2003 où il nous parle du cinéma qu’il a connu et aimé

      VOILA, c’est fini. La belle histoire s’achève. Elle aura duré quoi ? Cinquante ans ? Plus ? Un peu moins ? Ce que je sais, c’est qu’elle s’achève. Terminus. Sunset boulevard pour tout le monde.
      Oui, le cinéma qui vivait, qui palpitait, qui procurait de vrais rêves, ce cinéma-là – que j’ai tant aimé – est mort. Et chacun peut se pencher sur son cadavre.
      Avant, c’était rouge. Un lieu rouge. Un temple de velours rouge, avec des fauteuils profonds, où l’on allait jouir en paix de l’imaginaire. Un enfant avec ses parents. Une jeune fille avec son fiancé. Des amis. On levait alors la tête vers l’écran immense et tendu comme le ciel magique où Ingrid Bergman embrassait Cary Grant. Godard avait raison : au cinéma, on lève la tête. Avec la télévision, on baisse les yeux. Et, dès qu’on lève la tête, tout change… Le romanesque, le courage, l’élégance, la fierté, ont besoin de gens qui lèvent la tête. Le cinéma, ça a existé, avant, dans des lieux magiques et rouges. Maintenant ils ont tué le rouge.
      Ils ? C’est simple : la télévision, le commerce, l’argent. Des assassins bien modernes et très fourbes. Ils tuent sans intention de nuire. Au contraire, disent-ils, nous voulons le bien du plus grand nombre, nous sommes des assassins démocrates : « Nice People » et complexes multisalles. Où est l’écrin ? Où est le rouge ? Avec eux, c’est l’usine, le siège en Skaï, l’écran minable, le son terne. Aujourd’hui, quand on entre dans un cinéma, on n’a plus le sentiment de sortir du réel.
      Alors, pourquoi y entrer ?
      J’appartiens à une génération de dinosaures terrassés par des nains. Une génération dont les monstres, sacrés ou pas, ne peuplent plus qu’un Jurassik Park pour âmes nostalgiques. A l’époque, les acteurs venaient d’ailleurs, et le cinéma les accueillait tels quels : Gabin venait du music-hall, Lino venait du catch, Burt Lancaster venait du cirque, Alan Ladd était électricien. Oui, on venait d’ailleurs avec une fièvre, une énergie, dont la singularité n’avait pas eu le temps d’être formatée par les cours de comédie. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Le cinéma ne recrute que des comédiens sans cicatrice sociale ou humaine. Les comédiens, c’est bon pour le théâtre. Pas pour le cinéma. A l’arrivée, leurs films sont fades. De la chair sans nerfs. Des douleurs sans mémoire. Des images sans vie.
      Avant, il y avait Fellini, Clément, Losey, Renoir, Visconti, Antonioni, Melville, De Sica. Des artistes. Des maîtres. Et ils savaient faire les trois choses sans lesquelles il n’y a pas d’homme de cinéma. D’abord, ils mettaient en scène – le décor, la place des tables, des chaises, la couleur des rideaux… Ensuite, ils dirigeaient les acteurs – là, pendant deux secondes, tu tournes la tête, tu fermes ton poing, tu montes l’escalier…Puis, quand tout cela était bien réglé, ils allaient derrière la caméra, et ils filmaient. Aujourd’hui, les gens qui signent des films ne savent faire que deux, ou une de ces choses. Et ça produit des rêves boiteux. Je n’aime pas les rêves boiteux. Je ne vais plus au cinéma.
      J’ai adoré la gloire. J’ai adoré le succès. J’ai eu besoin de ces millions de femmes et d’hommes qui m’aimaient parce que j’incarnais, pendant deux heures, ce qu’ils auraient voulu être. Et parce que je vivais des histoires imaginaires qu’ils auraient voulu vivre. Or, cette magie agonise elle aussi. Et elle ne fonctionne même pas au profit d’un autre. A croire que plus personne n’a envie d’être le type dont l’acteur fait croire qu’il existe. A croire que plus personne n’a envie de vivre l’histoire qu’on raconte sur l’écran. « Pépé le Moko » ? « Citizen Kane » ? « Monsieur Klein » ? « Le Guépard » ? Ces gens-là, on les aimait d’abord parce qu’on ne les rencontrait pas dans la rue. Maintenant, il n’y a que des comédiens qui se donnent un mal fou pour ressembler à n’importe qui.
      Dans ce crépuscule, les actrices sont encore plus à plaindre car elles sont mortes deux fois. D’abord en tant qu’actrices puisqu’il n’y a plus de cinéma digne d’elles. Ensuite en tant que femmes, parce que leur beauté s’est enfuie plus vite que leur vie… Quand Katharine Hepburn est morte, j’ai pleuré. Après, Romy, Rita et Ava, c’était la dernière. La dernière d’une époque qui date maintenant de l’autre siècle.
      Ava, je l’ai connue à son déclin, en Espagne. Elle voulait que je l’escorte, jusqu’à l’aube, dans des boîtes où elle dansait en souvenir de ce qu’elle avait été. Elle savait qu’il n’y aurait plus de « Pandora », et qu’il n’y aurait plus de « Comtesse aux pieds nus »… Après, je la couchais et j’attendais qu’elle s’endorme. Dans son visage fatigué, dans son énergie usée, il y avait la fatigue et l’usure du cinéma lui-même…

      Autrefois, la réalité était moins imaginative que la fiction. Le cinéma du coup, était possible. Or, la fiction est désormais plus modeste. Et elle ne peut plus rien contre l’imagination débordante de la nouvelle réalité. Qui, aujourd’hui, pourrait rivaliser avec le scénariste de n’importe quel journal télévisé ? Le cinéma meurt aussi de l’arrogance de la réalité. Pas la peine de pleurer. On ira voir ailleurs.
      J’appartiens à une génération qui a appris la vie avec John Garfield, Frank Sinatra et Marlon Brando – mes professeurs d’énergie. Ces trois-là avaient atteint un rang sans pareil dans mon idée du bonheur… Quand Sinatra est parti, j’ai compris que je n’avais plus tout à fait ma place dans ce monde. Dieu fasse que Brando se porte bien… S’il lui arrivait quelque chose, ce serait la vraie fin. Et, ce jour-là, je serais cliniquement mort.
      La pudeur, l’audace, l’élégance. Ce sont les trois valeurs du cinéma que j’ai aimé – et qui n’existe plus. Aujourd’hui, le monde est devenu fou de démission et de laideur. Est-ce qu’on peut faire du bon cinéma dans une société hideuse ? Est-ce qu’on peut filmer de beaux rêves dans une époque où la plupart des rêves ont mal tourné ? Dans cette société, dans cette époque, je ne trouve plus mes repères. Alors, que faire ? Je me dis souvent qu’il faudrait se réfugier quelque part avec Brando. On parlerait toute la nuit. Et puis, quand on n’aurait plus de souvenirs, ou plus de mots, on pleurerait comme deux vieux ahuris. Comme deux enfants perdus.
      je me demande si ce constat crépusculaire n’est pas une manière narcissique de constater que j’ai vieilli, que mon propre âge d’or s’éloigne, que ma carrière, comme on dit, est derrière moi… Je ne serais pas le premier, après tout, à croire que tout s’éteint parce qu’il y a moins de lumière à l’endroit où il se trouve…
      Mais non, l’affaire est plus grave, et ce crépuscule est plus pervers… L’argent, le commerce et la télévision ont bousillé la machine à faire rêver. Les grands acteurs meurent les uns après les autres… La société n’a plus besoin d’histoires comme « Autant en emporte le vent » ou « Vera Cruz ». Bientôt, il n’y aura plus que la télévision, le cinéma américain et quelques films d’auteurs, que des attardés iront déguster dans des salles improbables, sur des écrans à taille de timbre-poste.

      Voilà, mon cinéma est mort.

    • #38902
      Nicolas Coolman
      Maître des clés

      L’argent, le commerce et la télévision ont bousillé la machine à faire rêver. Les grands acteurs meurent les uns après les autres… La société n’a plus besoin d’histoires comme « Autant en emporte le vent » ou « Vera Cruz ». Bientôt, il n’y aura plus que la télévision, le cinéma américain et quelques films d’auteurs, que des attardés iront déguster dans des salles improbables, sur des écrans à taille de timbre-poste.

      Hélas, je partage cette triste réalité d’un cinéma en perdition qui fait passer la finance avant le rêve.

      Nicolas Coolman

    • #38904
      Le Che
      Modérateur

      Et oui. Et n’oublions pas également que le cinéma est devenu de nos jours un vecteur idéologique ( Wokisme ) . Maintenant pour avoir une avance sur recette , il ne faut surtout pas se présenter avec un scénario ” à la Léone” . Par contre si un jeune réalisateur veux tourner un film sur l’immigration et ses problèmes, sur le racisme, sur les banlieues , sur tout ce qui touche aux minorités LGBT, sur le chômage, alors là il aura tout l’argent qu’il désire. Parce que c’est dans l’air du temps , et si on s’insurge contre cet état de fait , on te dira ” Mais c’est le réel ” . Non on ne va pas au cinéma pour voir ce réel . On va au cinéma pour au contraire en sortir , pour qu’on nous raconte une histoire . On y va pour rêver comme tu le soulignes . Et Léone l’avait bien compris . Ce n’était pas gratuit si la majorité de ses films commençaient par ” Il était une fois ”

    • #38907
      Nicolas Coolman
      Maître des clés

      Et oui. Et n’oublions pas également que le cinéma est devenu de nos jours un vecteur idéologique ( Wokisme ) .

      Force est de constater qu’il n’y a pas que le cinéma qui est imprégné par ce vecteur idéologique.

      Nicolas Coolman

    • #38911
      Le Che
      Modérateur

      Tu as raison, mais comme on parlait cinéma je me suis cantonné à lui, mais c’est effectivement toute notre société qui en est imprégnée

Vous lisez 4 fils de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Retour haut de page