Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #42008
      Nicolas Coolman
      Maître des clés

      Rançongiciel, une prise d’otages numérique.

      Rançongiciels : quand le chantage devient numérique.

      Les rançongiciels : pour certains, ils font penser à l’intrigue d’un thriller futuriste. Mais l’époque où une rançon correspondait à une demande d’argent en échange de la sécurité d’une personne kidnappée (ou d’un animal – combien seriez-vous prêt à payer pour la libération de Fluffy ?) est révolue. À l’ère du numérique, ce sont plutôt vos données qui sont en danger. (Sources)


      Un ransomware, ou rançongiciel, est un logiciel malveillant qui prend en otage des données personnelles. Pour ce faire, un rançongiciel chiffre des données personnelles puis demande à leur propriétaire d'envoyer de l'argent en échange de la clé qui permettra de les déchiffrer. Un ransomware peut aussi bloquer l'accès de tout utilisateur à une machine jusqu'à ce qu'une clé ou un outil de dé-bridage soit envoyé à la victime en échange d'une somme d'argent mais sans véritable garantie. De nombreuses solutions de sécurité résidentes assurent une protection en temps réel contre les rançongiciels. Mais les gangs font régulièrement évoluer leur ransomwares pour contrer les clés de déchiffrement proposées. Certains rançongiciels comme le Raas babuk sont de véritables arnaques et ne donnent pas la clé de déchiffrement après la rançon payée. Généralement les experts en sécurité et les autorités judiciaires préconisent de ne pas payer la rançon demandée.

      Les cyberattaques sont des attaques malveillantes menées contre des systèmes informatiques, réseaux ou données, dans le but de causer des dommages, voler des informations ou perturber les opérations. Elles peuvent prendre différentes formes, telles que les virus, les logiciels malveillants, les attaques de phishing ou les attaques par déni de service (DDoS). Elles peuvent provenir aussi d'attaques par rançongiciels, par botnets ou via l'exploitation de failles critiques de sécurité dites Zero-Day.

      Une cyberattaque peut émaner de personnes isolées, Kevin Mitnick étant une des plus célèbres, d'un groupe de pirates ou plus récemment de vastes organisations ayant des objectifs géopolitiques. Les retards liés à l'application des mises à jours et correctifs d'applications accentue les risques d'intrusion dans les systèmes et les réseaux. Des exploits dormants infectent les systèmes et les réseaux non corrigés en vue de leur future activation. Un procédé qui permet de masquer l'origine de l'attaque et de voler des informations confidentielles dans un but lucratif.

      Ces attaques peuvent avoir des conséquences dévastatrices, tant pour les individus que pour les entreprises ou les gouvernements, allant de la perte de données sensibles à la mise hors service de services essentiels. La protection contre les cyberattaques est devenue une priorité majeure pour tous ceux qui utilisent des technologies informatiques.

      Le chiffrement est un procédé de cryptographie grâce auquel on souhaite rendre la compréhension d'un document impossible à toute personne qui n'a pas la clé de chiffrement. Ce principe est généralement lié au principe d'accès conditionnel. Le chiffrement est l’élément fondamental de la sécurité des données. C’est le moyen le plus simple et le plus efficace de s’assurer que les informations du système informatique ne peuvent être ni volées ni lues par quelqu’un qui souhaite les utiliser à des fins malveillantes. Un algorithme de chiffrement ou code est utilisé pour développer un schéma de chiffrement qui, en théorie, ne peut être rompu que par une exceptionnelle puissance de calcul. La méthode de brute force est souvent employée pour déchiffrer l'algorithme.

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Retour en haut